Jeunes populaires Alsace

Débats d'Alsaciens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Hongrie

Aller en bas 
AuteurMessage
adrien

adrien

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 27/09/2006

Hongrie Empty
MessageSujet: Hongrie   Hongrie Icon_minitimeDim 1 Oct - 15:28

De l’effet positif du Hongrois

"Nous avons tout fait pour garder secret en fin de campagne électorale ce dont le pays avait vraiment besoin, ce que nous comptions faire après la victoire. Nous le savions tous, après la victoire, il fallait se mettre au travail, car nous n'avons jamais connu de problèmes de cette envergure (...)
Nous avons merdé, pas un peu, beaucoup. Personne en Europe n'a fait de pareilles conneries, sauf nous (en laissant filer les déficits publics) (...) Il est évident que nous avons menti tout au long des 18 derniers mois. Il est clair que ce que nous disions n'était pas vrai.
Nous n'avons rien fait depuis quatre ans, rien. Vous ne pouvez pas me citer une seule mesure gouvernementale dont nous pourrions être fiers, à part le fait que nous nous sommes sortis de la merde à la fin (en remportant les élections). (...)
A court terme, nous n'avons plus le choix. (Le ministre des Finances) Janos Veres a raison. Nous pouvons encore faire semblant un petit peu mais plus longtemps. Le moment de vérité est arrivé. L'aide divine, les flux financiers internationaux, les centaines d'astuces comptables, dont vous n'avez pas à connaître l'existence, nous ont tous aidés pour survivre. Mais c'est terminé. On ne peut pas aller plus loin.
On doit avouer dès le premier jour ce qu'on doit faire pour réduire le déficit (des comptes publics) dès cette année, et mettre en oeuvre les modifications fiscales dès le mois de septembre. (...)
C'est fantastique de diriger un pays. Pendant les 18 derniers mois j'en étais capable parce que j'avais une ambition: convaincre la gauche qu'elle pouvait gagner (les élections), qu'elle n'avait pas à courber la tête dans ce putain de pays, qu'elle n'avait pas à faire dans sa culotte devant (le chef de l'opposition de droite) Viktor Orban
Je suis ému, j’en ai la larme à l’œil. Je porte ma main droite à mon cœur et je chante « L’ode à la joie ». Car jamais, je dis bien jamais, je n’ai été si fier d’être européen. Pour beaucoup, l’entrée des 10 petits de l’Est a sonné comme un traumatisme et a eu pour résultat la panne du « Non » au référendum. Si traumatisme il y a, c’est bien celui qui bouscule les a priori et les préjugés. Bien évidemment, les pays de l’est ne sont pas aussi « développés » que nous, mais tels des parents qui ont cessé de s’étonner, regardons ces adolescents évoluer et tirons en les conséquences : ce sont les jeunes qui vivent dans l’air du temps.
Le premier ministre hongrois a ici fait des aveux d’un courage monstre : il a dénoncé la démagogie de son parti. Je dis ici « démagogie » car c’est bien de cela dont il s’agit. Il exprime son raz le bol car la victime de cette démagogie immonde est sont pays. Pays qu’il aime et qu’il a choisi de construire en participant à la politique. L’engagement politique quel qu’il soit est honorable. Les propos de Gyurcsany illustrent que la situation de la Hongrie demande des réformes qui dépassent de loin les clivages politiques.
En France, le parti socialiste n’a pas retenu la leçon. Mis à part les quelques dérapages « sécuritaires » de la Belle aux idées dormantes, ils rédigent sans honte et avec bien peu de respect pour leurs compatriotes qui ont un minimum de sens logique, un manuel anti-tout sur fond de programme. Et là de reconnaître d’anciens ministres qui veulent prouver aux éléphants, hippopotames, gnous et autres phacochères que la ménagerie, Oops ! La gauche peut gagner les élections.
Alors moi je dis que oui, j’envie la Hongrie et je milite pour une vague d’immigration massive non pas de plombiers (ils sont plus au Nord), mais de politiciens hongrois.
Et là je te vois, toi, Ô lecteur ! Le sourire aux lèvres…Tu aperçois la chute de l’histoire. C’est vrai, elle est aussi facile que celle du Journal d’une Hirondelle d’Amélie Nothomb.
Je le dis ? Non ? As-tu compris ? Bon je me lance : Nicolas Sarkozy est hongrois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hongrie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hongrie
» Goulash à la dudu (Hongrie, Autriche)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeunes populaires Alsace :: Europe-
Sauter vers: